A travers Karijini National Park

07.10.05
Après la traversée de Port Hedland, réveil à 5 h – 10, ça m’agace, car si je me rendors, je me rate ! je me décide donc de me lever, je vais faire mon tour à la salle de bains. Ma voisine de lit doit faire le trajet avec moi et probablement d’autres personnes de l’auberge. J’espère que nous ne serons pas nombreux, c’est plus sympa.
Le gars de l’entretien n’est pas des plus aimables (c’est assez rare) il me demande si j’ai déposé ma clé avec les draps et l’oreiller, ce à quoi je lui réponds que mes affaires sont encore dans la chambre, et qu’il aura le tout lors de mon départ. Bien que la cuisine soit ouverte, je n’y ai pas accès, ce n’est pas encore l’heure. J’ai bien fait de préparer mon thé hier soir, car même tempéré il est bon, et c’est toujours mieux que rien.
Je suis assise sur mon banc, je vais patienter jusqu’à l’arrivée du truck qui est prévue à 6 h 30. Il fait déjà chaud ! J’ai toujours une appréhension en ce qui concerne mes bagages et leur poids, j’espère ne pas avoir de problème car c’est la dernière ligne droite.
Les autres co-voyageurs commencent à arriver, C’est bon, il n’y a aucun problème avec mes bagages….. Nous avons 650 km de route à faire, je vais sûrement dormir environ 1 heure au moyen de différentes pauses paupières. A midi, nous nous arrêtons au bord de la mer pour notre picnique, j’écoute d’une oreille distraite l’annonce faite par le guide, car sur mon planning de voyage il est indiqué "baignade", alors je pose les vêtements à la vitesse grand V, et je cours me jeter dans la mer pour y nager une dizaine de minutes environ. J’ai quand même été intriguée d’être la seule dans cette mer superbe, il y avait bien des pêcheurs sur chaque côté et j’ai supposé que c’était à cause de ça que personne ne se baignait, et bien non ! c’était juste infesté de requins, et j’ai servi d’appât à la pêche au gros malgré moi. J’étais à peine sortie qu’un des pêcheurs sortait un "bébé" requin d’un mètre cinquante…. mon copain James était complètement retourné, me disant que j’étais insensée, mais en fait je suis partie tellement vite me jeter à l’eau que je n’ai pas entendu les consignes. J’avoue que même après coup je n’ai pas été effrayée car je n’ai franchement pas réalisé le danger que j’avais frôlé. Ce sera une histoire à raconter à mes petits-enfants. Maintenant je fais presque figure de mascotte, le guide m’a surnommée la sirène des requins ! ! ! ! ! !
Nous picniquons pas loin de la plage, puis nous partons vers l’eslcalade du rocher pour admirer le coucher du soleil.
Nous attendons patiemment que celui-ci descende en grignottant quelques biscuits, puis après avoir admiré les couleurs de feu se propager à l’horizon, nous rejoignons notre campement. Ce soir je suis décidée, je dormirai à la belle étoile, sur le toit de la remorque, et je passerai une excellente nuit.
08.10.05
Aujourd’hui c’est l’anniversaire de ma fille Valérie.
Lever à 5 H breakfast, je ranime le feu et mets l’eau à chauffer pour le thé et le café de façon à ce que tout soit prêt lorsque mes co-voyageurs se lèveront. Nous prenons la route aussitôt après le petit déjeuner en direction de Karijini Park, nous ne ferons que deux arrêts d’hygiène avant le lunch et de suite après, nous partons à pied à l’assault des gorges. Nous emprunterons un chemin d’escalade de niveau 4, un peu difficile, mais sans danger.
En me deshabillant pour aller me baigner dans la source à Circular Pool (très froide) je me suis aperçue que j’avais perdu une des boucles d’oreilles en opale que j’avais achetées à Coober Peddy, je suis vraiment très contrariée. Ce n’est pas vraiment pour le prix que j’y ai mis, mais pour le souvenir. Nous reprenons le chemin des gorges (Gorges Falls) pour accéder à un autre bassin (Fern Pool), mais j’ai envie de rester seule et je reste sur un des plateaux, à l’ombre, je suis entourée d’eau, j’ai juste le bruit de la petite cascade et celui des plongeons un peu plus loin. Je suis dans un vrai paradis, entourée de fougères diverses, de ficus et autres arbustes, les rochers descendent comme des paliers géants d’où l’eau s’écoule, de chaque côté, les falaises et au milieu des arbustes derrière lesquels je suis abritée du soleil, c’est fantastique !
Le guide vient me chercher pour continuer notre grimpette nous récupérons  les autres en chemin et nous escaladons pendant environ un kilomètre et un peu plus, pour accéder à un plus grand bassin avec de petites chutes d’eau à Fortesque falls. Je me baigne à nouveau, l’eau est délicieuse, pendant que je me sèche j’aperçois un monitor, sorte de lézard géant qui se balade pas loin, j’en profite pour le prendre en photo.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s