Namibie – vallée de la Lune-La nuit de la Hyène

Mardi 13.08.02-Jour 9
Lever 5 H 1/2, départ une heure plus tard. Cette nuit dans la vallée de la Lune, ce fut la première vraie bonne nuit pour moi ! Un sommeil sans interruption, du coucher au lever, par contre, pour Muriel, cette nuit fut la nuit de la terreur, celle que j’ai baptisée la nuit de la hyène.
Il me faut revenir à hier soir pour comprendre ce qui a pu se passer. Comme à chacun des endroits où nous nous installons, préalablement au montage de la tente, je fais le tour du propriétaire, j’oberve la flore et j’examine soigneusement les traces qui se trouvent à terre pour savoir approximativement le nombre d’espèces qui cohabiteront avec nous. Il se trouve que je vois principalement : des traces d’oiseaux, des traces de pattes (comme celles d’un petit chien) que j’identifierai comme celles d’un coyotte et des traces un peu plus grosses que je n’identifie pas exactement et qui peuvent être celles des hyènes ou de félins. J’en parle donc innocemment à Muriel. Le problème est que de son côté, Stephen lui a dit qu’il y avait des hyènes ! Dans l’après-midi, nous avions vu un document filmé sur la haine éternelle existant entre les lions et les hyènes et cette dernière fait vraiment figure d’un animal fourbe, cruel et inquiétant. Nous nous sommes donc couchées sur ces impressions.
Bien entendu, la rapidité de mon endormissement n’est plus à prouver, quelles que soient les craintes ou peurs qui m’habitent, mais Muriel n’a pas cette aptitude, elle s’est donc couchée en écoutant le moindre bruit ; à peine commence t’elle à sombrer qu’elle entend un bruit près de notre tente et qu’elle sent un museau contre ses pieds (à travers la toile, of course) qui la renifle. Elle s’est littéralement liquéfiée, terrifiée elle n’a pas fermé l’oeil de la nuit. Au petit matin quelle ne fut pas ma surprise de trouver une Mumu réveillée en premier (ce qui n’arrivait jamais) recroquevillée sur elle-même, grise de terreur et de manque de sommeil, j’ai cru qu’elle était malade, c’est alors qu’elle m’a conté sa terrible nuit !
C’est horrible, mais j’ai ri tout mon saoul, je suis une sans coeur, mais, même en écrivant, je ne peux m’empecher d’avoir le fou rire en la revoyant. J’ai franchement honte !
Je reviens à lundi 12. En début d’après midi, notre guide s’est aperçue qu’on lui avait volé sa sacoche, probablement lors de notre pique-nique au bord de l’océan, dans laquelle étaient rangés son passeport, ses cartes de crédit, environ 1000 dollars Namibiens, son lecteur CD avec le CD à l’intérieurs et les écouteurs.
Conséquences : formalités au commissariat pour se faire délivrer un permis de conduire provisoire (pour nous permettre de faire les activités du jour et du lendemain) car dans le malheur, nous avions la chance de passer deux jours à Swakopmund (y compris la nuit dans "Moon Valey").
Re-mardi. Notre guide doit attendre 4 ou 5 jours pour avoir un nouveau passeport, elle sera donc remplacée par un autre guide pour nous permettre de poursuivre notre périple. Nous sommes déçus car nous avions bien sympathisé et il n’est pas évident pour quelqu’un d’autre de prendre une place en cours de route, mais à la réflexion, ce sont des gens dont c’est le métier, il ne devrait pas y avoir de problème.
Nous espérons malgré tout qu’au bout des 4/5 jours elle sera de retour avec nous, mais dans le doute, nous avons rapidement collecté des fonds pour lui racheter un super lecteur CD, anti-choc, son stéréo, etc… etc… elle était vraiment émue, ce fut notre récompense.
Nous avons eu journée libre à Swakopmund, nous en avons donc profité pour faire un peu de shoping. Je me suis rendue sur le marché africain où j’ai fait deux petits achats, mais le plaisir de marchander dans une langue que je ne maîtrise pas au mieux, ça vaut le coup d’être vu. Il y avait 4 ou 5 femmes du marché qui se tordaient de rire en me voyant avec le marchand.
Le midi c’était libre également, nous sommes donc allées manger chez "La Marquise" avec Muriel, c’est une crêperie qui fait annexe à une galerie de peinture où un ancien antiquaire français s’est installé. Nous avons conversé agréablement et ensuite je suis allée rejoindre ma copine à table. Nous avons passé commande du repas puis Muriel est allée à la banque. Le brave homme, très courtois, est venu me saluer avant de partir rejoindre sa moitié pour partager le repas de midi et m’a souhaité une agréable fin de séjour dans un style très "vieille France", j’étais vraiment sur une autre planète.
J’ai dégusté une crêpe Namibienne, c’est une une crêpe qui ressemble un peu à nos crêpes de sarrasin dans laquelle se trouvent, une saucisse de fabrication locale donc pas de porc, une sorte de fromage blanc roulé dans une feuille de salade le tout enroulé dans la crêpe de sarrasin, c’était franchement un délice ! pour le dessert je me suis laissée tentée par la crêpe flambée au Grand Marnier (c’est mon péché mignon) accompagnée d’un thé (non, ça vous étonne ?), je récidive, le tout était un délice.
14 H, nous allons intégrer les bungalows. Ouf ! une bonne douche, lavage des cheveux, tri du linge sale (une majorité) et après-midi laverie et séchage, c’est bon quand même la civilisation de temps en temps.
Quand je vais prendre possession du bungalow, je découvre avec horreur que dans le couple qui partage notre habitat avec Muriel se trouve "my négative people". Elle est là, pieds nus, j’ai les yeux rivés sur ses pieds, je suis stupéfaite. On dirait des pieds de chinoise à laquelle on a posé les bandelettes pour les empêcher de grandir, ses doigts de pied sont recroquevillés et enchevêtrés, j’essaie de me montrer serviable, mais il y a un mois environ, dans une revue "féminine" j’avais lu que les personnes qui avaient ce genre de pieds étaient mesquines et mauvaises. Je suis confortée dans ma position, mon instinct me dit toujours de me méfier.
Malgré tout, je dois en convenir, elle n’a pas été de compagnie désagréable, la bonne éducation a gardé la priorité.
Ce soir, nous avons dîné au bord de l’océan (je ne me souviens plus du nom du restaurant), nous avons eu droit à un menu somptueux : apéritif, vin à profusion, plat de résistance, dessert, thé pour moi, comme d’habitude, pour un prix plus que correct, en France la note eut été pultipliée par 3.
Cette nuit, dodo confort au bungalow, chouette ! ! ! ! ! 
 
Mercredi 14.08.02. – Jour 10
Lever à 6 H – le quart, départ une heure et demie après. Ce matin j’ai mal au rein droit , je sais que je n’ai pas assez bu, il va falloir que je me force car il fait très chaud et l’air est très sec. Nous prenons la route en direction de Windhoek, 362 Km. Nous nous arrêtons à Cap  Cross vers 9 heures pour aller voir les phoques. Manque de bol, l’ouverture du parc est à 10 heures. Nous allons donc faire un tour au lodge à côté, nous faisons du farniente et quelques photos en face de l’océan.
Commerce oblige, nous faisons la pause thé, café ou chocolat selon le goûts de chacun et un petit tour pour régaler les yeux, la boutique est plutôt au-dessus de mes moyens.
Un chacal vient interrompre ma méditation, il est bien maigre !
Nous repartons pour visiter nos amis les phoques ; c’est un spectacle étonnant. Ils ne ressemblent pas à ceux que j’ai vus en Californie ils paraissent plus petits, mais à de bons gros toutous. Mon appareil photo n’a pa chômé. Il y en avait de partout, il faut dire que nous avions la vue, mais aussi l’odeur ! ! !
Nous repartons vers Windhoek, nous prenons le lunch dans les montagnes, le panorama est insolite, des rochers plus que des montagnes et des cactées en forme de cierge, d’une hauteur de 2 à 3 mètres environ, l’endroit est prisé aussi par des autochtones  qui piquent-nique aussi en famille, on peut supposer qu’ils ne travaillent pas très loin.
Nous traversons le Kalahari, sur notre route, nous nous arrêtons en visite "éclair" sur un marché champêtre où les artistes travaillent le bois mort sur place. Il y a des oeuvres fantastiques, j’en rêve !
Ce soir, il fait froid et venté, résultat invariable : migraine pour moi.
 
Jeudi 15.05.02- Jour 11
Cette nuit a été très, très, très froide : -7, -8°
Lever à 5 heures, c’est une horreur, je ne peux plus bouger mes doigts. Je me suis habillée sans me déshabiller des vêtements de nuits. Je ne sais pas si je n’ai pas mis la moitié de mes vêtements à l’envers. Dodo avec le pyjama en flanette plus un survêtement, plus le polaire, enroulée dans mon drap, la doudoune en plume d’oie répartie sur mes jambes et mon duvet sarcophage fermé jusqu’en haut, on ne voit que mes yeux. Je me suis endormie immobile, sans bouger un doigt de pied jusqu’à 5 heures.
Démontage des tentes, poursuite de l’horreur, j’ai des engelures aux mains, je ne peux plus bouger mes doigts, heureusement que Muriel a des gants car je n’ai pas trouvé les miens avant le départ, et je n’arrive pas enlever les crochets de la tente.
Au petit déjeuner les babouins viennent nous rendre visite. Ce sont de voleurs patentés, intérêt à garer la nourriture et à fermer les tentes consciencieusement, j’ai mis un cadenas à la nôtre. Quelques photos avant de partir.
Nous partirons du camp après les formalité à 7 H 30, en route pour Northern Kalahari, soit 503 km. Un petit tour d’environ une heure à Windhoek, la capitale. Nous faisons nos derniers achats avec les dollars namibiens avant de partir vers le Botswana, donc changement de monnaie à la clé. Nous traversons le Kalahari du Nord par des pistes assez difficiles.
Il est 14H30, nous venons de passer la frontière Namibienne et nous entrons sur le territoire du Botswana où nous ajoutons 1 heure à nos montres. Nous avons encore une longue route à faire jusqu’à notre campement, mais ici, il fait chaud, ouf !
Sur le bord de la route, perchés sur les arbres, les calaos (sorte de toucans) nous regardent passer, impassibles, quelques antilopes effrayées font des bonds pour aller se cacher dans les hautes herbes. J’ai vu des oiseaux qui ressemblent un peu à des poules faisanes en plus menues. Les troupeaux de vaches ont priorité sur les véhicules, ce qui est normal puisqu’elles étaient là avant nous. Ce soir, dodo dans un bush camp de bushmen avec un minimum de confort hygiénique. Ile ne fait pas trop chaud.
 
Vendredi 16.08.02.-Jour 12 En route vers le Zimbabwe
Lever 6H1/2.  Comme chaque matin, je profite du calme et du silence du camp endormi pour en faire le tour en toute tranquillité et je vais pouvoir piéger sur la pellicule ces magnifiques oiseaux rouge et noir, appelés "Crimson breasted Sluke". Heureusement que je prends mes notes au fur et à mesure, sinon je ne retiendrais jamais ce nom

Aujourd’hui c’est l’anniveraire de Christine, dès sa montée dans le truck, tout le monde l’attendait pour entonner "l’happy biirthday" de rigueur.

Cette nuit encore il a fait froid. Ce matin j’étais gelée, j’avais encore l’onglée pour démonter la tente. Je me suis habillée dans le noir car j’avais laissé ma torche hors de portée.  J’ai donc remis à tâtons les vêtements quittés la veille mes sous-vêtements propres étaient prêts et quand le jour est venu, je me suis aperçue que j’étais pleine de "bugnettes". Je trouverai bien moyen de me changer dans la journée.
Maintenant nous sommes en route pour Maun, soit 291 km à parcourir, où nous allons effectuer à nouveau le change de monnaie ; je dois compter très sérieusement si je veux avoir encore quelques dollars à l’aéroport. Ce qui est bien, c’est qu’au Zimbabwe je pourrai changer facilement mes euros dont la cote vaut le dollar américain, approximativement. J’ai les mains dans un triste état, car à cause des engelures et malgré la protection solaire totale, elles sont enflées. Je les soignerai ultérieurement.
ça y est, nous sommes installés dans le camp de l’Okavango, près de Maun. Cet après-midi tout le monde est allé en ville faire quelques achats. Je n’avais pas envie d’y aller, j’ai donc chargé Christine de m’acheter une torche car la mienne est partie en mécano. Je suis donc restée seule au camp, entourée par des oiseaux qui ressemblent un peu à nos pies, mais de couleur bleu nuit avec un plumage changeant au soleil, ils sont magnifiques, ce sont des "rakeltailled Roller", ils attendent les vestiges du lunch, les pauvres.
 
 
 
 
 
 
 
 
Publicités

Une réflexion sur “Namibie – vallée de la Lune-La nuit de la Hyène

  1. Bonjour  Unik; je te remercie de ton passage, et de te gentil commentaire; ce matin je suis passé chez toi; mais, au moment de te laisser un comm…l\’ordi a planté, et le hasard a voulu, que tu viennes pour me rappeller à toi .
    Non il n\’y a aucun poême à moi; et je ne les ai pas fait mien non plus; tout mon blog; n\’est fait que de recherche sur le net; à part quelques montages sur des photos .
    Tu parles d\’un commentaire agressif d\’une certaine personne " Martine " je suppose; et fait cette Martine n\’existe pas en vrai ….car cette personne m\’a laissé d\’autres commentaires mais trés trés différent de celui là, et sous son vrai prénom !!
    C\’est une femme qui croyait que je lui appartenait; et qui était malade jalouse de toutes mes visiteuses; mais aussi je l\’avais dans mes contacts msn, et elle ne s\’upporter pas que je discute avec d\’autres personnes qu\’elle, elle a voulu céer la zizanie tout autour de moi, afin de mieux m\’isoler; elle m\’a même invité à venir vivre chez elle dans sa grande maison: c\’est une personne aussi qui s\’inventer des personnages; mais avec ses écrits, ses fautes d\’hortographe et certains mots souvent employés ; ont vite fait de la découvrir; et celà aussi , de l\’aide et de pièges tendus avec des Amies blogueuses et d\’msn .
    Aussi dans ce billet " Ballade dans un parc somptueux " ..tu pourras appercevoir deux commentaires de cette double personne trés possésive…je faisait parti avec 3 amies blogueuses de ses contacts sur msn; et bien elle a supprimé toutes mes Amies; et m\’a conservé à moi …et bien étant donné que je n\’ai rien à faire avec des gens de cette sorte; je l\’ai donc bloqué et supprimé tout simplement ..oufff c\’est terminé !
    Je viens de lire une partie de tes écrits; je vois que tu as une vie trés intêressante, passionnante et captivante; et surtout pleins de découverte; ou la monotonie n\’éxiste pas, et je t\’en remercie de nous faire partager tous les détails .
    Je te souhaite un excellent week-end , avec joies et affections; auprés de ta petite famille ..
    A bientôt….Amicalement…..Bisous..
       ……Michel….

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s