Archives

Les mots qui blessent….

Pour le commun des mortels dont je fais partie, les mots me servent dans un premier temps, pour l’expression orale afin d’entretenir des relations sociales avec mes contemporains.

Dans un deuxième temps, en dehors des besoins courants de correspondance, j’aime coucher les mots sur le papier pour exprimer ce qu’oralement je ne peux faire, à la façon des « carnets intimes » où les jeunes filles d’antan confiaient leurs secrets les plus privés.

Cette forme de confidence parfois, de partage d’autres fois, offre mes mots à la lecture à tout va, sans en attendre jugement, amuser parfois, tout au plus émouvoir selon le sujet.

Avant de « privatiser » mon blog, je ne m’étais pas posé la question de savoir QUI lirait mes pages, quel regard ON porterait sur mes écrits, car je le répète, je couche les mots comme ils me viennent, sans réfléchir à la syntaxe que je dois certainement parfois égratigner et même probablement y laisser quelques fautes d’orthographe.

J’ai parcouru de nombreux blogs et il est vrai que les échanges ne se font, la plupart du temps qu’avec des personnes chez lesquelles je retrouve la sensibilité et la simplicité qui me mettent à l’aise et dans d’autres l’intérêt des sujets qui sont évoqués.

J’avais signalé lors de ma mise « au secret » les « critiques » me démolissant, non pas celles constructives qui aident à évoluer et que j’accepte bien volontiers, mais celles fielleuses de la méchanceté destinées à abattre l’adversaire avec les mots qui blessent.

J’ai pu constater à travers mes promenades internautiques que je n’étais pas la seule à subir cette forme de « vendetta »  exercée par des personnes tellement imbues d’elles mêmes, qu’elles se croient spirituellement supérieures au commun des mortels et en droit d’exercer un jugement lapidaire sur le fond et la forme des écrits, tels le « prof » de français dans sa classe face au mauvais élève.

Je pensais qu’en avançant dans l’âge j’arriverais à me blinder, mais il n’en est rien, et au final je ne le regrette pas, ça prouve au moins que je vis encore profondément, mais je plains ces personnes remplies de mépris qui affichent derrière des mots superbement alignés, leur supériorité littéraire, qui conversent amicalement quand ce n’est pas condescendantes, par « coms » interposés, et « descendent » entre amis(ies) MSN messenger, ces mêmes personnes à qui elles font des courbettes.

C’est le reflet virtuel des salons d’antan me direz-vous ? et bien oui,  vous comprendrez maintenant pourquoi mon cercle d’amis est restreint, mais de qualité.

 

Daniela. 

Publicités

L’orgueil ou la vanité

 

Depuis la création de mon blog, je pense que, comme celui de tout un chacun, celui-ci a bifurqué complètement de son but primaire.

J’avais, à l’ouverture de celui-ci, l’objectif unique de faire partager mes voyages et découvertes, à l’aide de photographies commentées, les pays dans lesquels j’irais traîner mes galoches, la découverte que j’en ferais, les anecdotes « aventuresques » (oui j’invente ce mot pour la circonstance) qui m’arriveraient.

J’ai fait de cette façon découvrir à mes parents et amis principalement, l’Afrique Australe et l’Australie, et créé des albums pour les autres pays visités. Ce moyen m’évitait de parcourir les foyers avec mes albums photos et de narrer invariablement la même chose un nombre incalculable de fois (j’ai une nombreuse famille).

Bien sûr tous n’ont pas internet ni même un ordinateur, mais ça me limitait quand même car tous n’étaient pas non plus intéressés.

Quand on débute on tâtonne, et bien que sachant mon blog public, je ne m’attendais pas à intéresser des « étrangers ». Petit à petit j’ai commencé à être visitée et à rendre les visites. J’ai naïvement cru d’ailleurs, ne rencontrant pas les « blogeurs », être à l’abri de la méchanceté puisque ne participant à aucun commérage ou n’entretenant aucune polémique entre l’un ou l’autre.

Mon blog a évolué au cours du temps, mes voyages terminés (provisoirement), lors de la visite d’autres blogs, l’idée m’est venue de le poursuivre plutôt que de le fermer, en y mettant des coups de cœur, des coups de gueule, de l’humour, selon l’humeur du jour ou l’espace temps à lui consacrer, ceci sans aucune prétention, n’ayant aucune formation pour l’écriture.

Récemment j’ai découvert « l’orgueil » ou plutôt « la vanité », ce péché capital qui atteint aussi bien le mâle que la femelle !

La grande vanité du (de la) littéraire imbu(e) de sa supériorité, celle qui porte un jugement sur le plus simple (moi en l’occurrence) parce qu’il (elle) en sait toujours une page de plus sur le livre, m’a massacrée sur ma façon de m’exprimer. Que voilà bien des vanités cachées probablement derrière des frustrations, combien d’années de divan faudrait-il pour lui (elle ou il) apporter un peu d’humilité ?

Je n’ai naturellement aucune méchanceté ni aucune envie de polémiquer, mais je ne courbe pas non plus le dos pour continuer à me faire fouetter.

Je lui (il ou elle) laisse donc d’autres victimes à achever, c’est pourquoi j’ai pris la décision de mettre mon blog en « privé » et de ne le partager qu’avec mes contacts et amis.

 

Daniela 

Note de James Redfield

méditation

écrivain de « La prophétie des Andes » et « la dixième prophétie »,  même si vous ne les avez pas lus, vous comprendrez que ça traite de la spiritualité, en voilà un extrait :  

« J’espère que ces deux livres présentent ce que j’appellerais un tableau d’ensemble, une description évocatrice des sentiments, perceptions et phénomènes nouveaux qui vont déterminer la vie des hommes à l’aube du troisième millénaire. "

"Ceux qui pensent avoir déjà parfaitement compris et défini l’essence de la spiritualité commettent, à mon avis, une énorme erreur. Lhistoire nous apprend que la culture et la connaissance des hommes se transforment constamment. Si les opinions individuelles se cristallisent souvent de façon rigide, la vérité, quant à elle, est beaucoup plus dynamique."

"Nous éprouvons une immense joie lorsque nous réussissons à exprimer librement nos émotions, à trouver notre vérité propre, spécifique, et à la communiquer aux autres ; nous pouvons alors observer comment cette vérité progresse de façon synchronistique et se manifeste plus clairement quand elle doit influencer le cours de l’existence de quelqu’un. "

"Tous les hommes avancent dans une certaine direction ; chaque génération se construit à partir des réalisations de la précédente ; nous sommes destinés à atteindre un but dont nous ne nous souvenons que très vaguement. Nous sommes tous en train de prendre conscience de notre véritable personnalité, de découvrir peu à peu l’objectif de notre présence sur terre, et la tâche qui nous attend se révèle souvent ardue…….. »

Et bien après cette lecture, je n’ai toujours pas découvert l’objectif de ma présence sur terre, si ce n’est d’avoir perpétué l’espèce, mais pour ça, je n’étais pas indispensable, il va bien me falloir une autre vie derrière pour comprendre celle-ci, et encore, faudra-t’il que je sois équipée d’un cerveau à la hauteur ! Nous devons probablement tous nous poser la question, mais l’essentiel étant quand même de bien profiter de cette vie, même si on ne la comprend pas vraiment. Je sens que je vais progresser sur cette méditation…..

 Daniela.

Chez moi, l’amour est néfaste.

  Je recherche au fond de moi pourquoi à partir d’un choix de vie, celle-ci est d’avance un échec, en suis-je l’artisane ? Je vais finir par le croire, en fait, l’amour nuit aux relations (les miennes en tous cas).

Quand je suis amoureuse, ça rime toujours avec malheureuse.

Je ne suis bien dans ma peau que lorsque rien ni personne ne perturbe mon espace sentimental.

J’ai d’excellents rapports avec mes « ex » dès l’instant où il n’y a plus entre nous, de sentiment amoureux…. Ça me fait quand même me poser des questions !

J’ai donc décidé à partir de ce jour de renoncer à l’amour, au profit de l’amitié. J’ai revêtu à nouveau ma carapace, rebranché le courant sur mes palissades, fermé mon petit cœur à clé, et comme ma mémoire commence à flancher, je sais que je ne saurai plus la retrouver.

Je vais enfin retrouver la sérénité et de nouveau me consacrer à préparer mon sac, pour le prochain voyage !

Non mais, on va quand même pas se laisser démolir par des sentiments quand même ?

Daniela

On peut aussi le dire en chanson

Chanté par Céline Dion,
j’ai apprécié le texte que j’ai redécouvert hier soir lors de mon cours de chant, le ressenti donnerait presque le talent à l’amateur :
 

S’il suffisait d’aimer 

Je rêve son visage je décline son corps
Et puis je l’imagine habitant mon décor
J’aurais tant à lui dire si j’avais su parler
Comment lui faire lire au fond de mes pensées?

Mais comment font ces autres à qui tout réussit?
Qu’on me dise mes fautes mes chimères aussi
Moi j’offrirais mon âme, mon cœur et tout mon temps
Mais j’ai beau tout donner, tout n’est pas suffisant

S’il suffisait qu’on s’aime, s’il suffisait d’aimer
Si l’on changeait les choses un peu, rien qu’en aimant donner
S’il suffisait qu’on s’aime, s’il suffisait d’aimer
Je ferais de ce monde un rêve, une éternité

J’ai du sang dans mes songes, un pétale séché
Quand des larmes me rongent que d’autres ont versées
La vie n’est pas étanche, mon île est sous le vent
Les portes laissent entrer les cris même en fermant

Dans un jardin l’enfant, sur un balcon des fleurs
Ma vie paisible où j’entends battre tous les cœurs
Quand les nuages foncent, présages des malheurs
Quelles armes répondent aux pays de nos peurs?

S’il suffisait qu’on s’aime, s’il suffisait d’aimer
Si l’on pouvait changer les choses et tout recommencer
S’il suffisait qu’on s’aime, s’il suffisait d’aimer
Nous ferions de ce rêve un monde
S’il suffisait d’aimer.

 

 

 

Discussion sur qui m’aime nous suivent

 

Consciente comme tout un chacun qu’il faut faire au quotidien les petits gestes qui protègent notre terre, j’ai donc copié ce texte chez Ben, mais j’en ai fait la lecture chez vivi dont l’URL est : http://viviane-vivi.spaces.live.com/

,

Pris chez BEN http://retro1962.spaces.live.com 

qui m’aime nous suivent

 

Objet: tous ensemble le 1er fevrier !

Le 1er février 2007,entre 19h55 et 20h sur toute la planète :

Participez à la plus grande mobilisation des citoyens contre le Changement Climatique !

L’Alliance pour la Planète (groupement national d’associations environnementales) lance un appel simple à tous les citoyens, 5 minutes de répit pour la planète : tout le monde éteint ses veilles et lumières le 1er février 2007 entre 19h55 et 20h00

. Il ne s’agit pas d’économiser 5 minutes d’électricité uniquement ce jour-là, mais d’attirer l’attention des citoyens, des médias et des décideurs sur le gaspillage d’énergie et l’urgence de passer à l’action ! 5 minutes de répit pour la planète : ça ne prend pas longtemps, ça ne coûte rien, et ça montrera aux candidats à la Présidentielle que le changement climatique est un sujet qui doit peser dans le débat politique.
Pourquoi le 1er février ? Ce jour là sortira, à Paris, le nouveau rapport du groupe d’experts climatiques des Nations Unies. Cet événement aura lieu en France : il ne faut pas laisser passer cette occasion de braquer les projecteurs sur l’urgence de la situation climatique mondiale.
Si nous y participons tous, cette action aura un réel poids médiatique et politique, moins de trois mois avant l’élection présidentielle!
Faites circuler au maximum cet appel autour de vous et dans tous vos réseaux ! Faites-le aussi apparaître sur votre site Internet et dans vos news letters.

Et des idées comme cela, nous pouvons ensemble les mettre en pratique pour le bien de notre Mére-Terre…

Ce message me vient de l’autre coté de l’océan de mon ami Louve Blanche,

et qu’il fasse le tour de la planète.

meme si vous ne vous sentez pas concerné, faite le pour les autres.

Penssont à nos enfants et toutes les générations future

ami(es),qui m’aime me suive…….

PRENEZ CE MESSAGE ET METTEZ LE SUR VOTRE BLOG

soyont nombreux ce jour la,

votre ami ben