Archives

Vacances en Espagne

Cette année j’avais très envie de visiter l’Espagne, après l’Amérique du Sud, je savais que les paysages n’auraient rien de commun, mais parler le castillan me convenait parfaitement. Après avoir chaleureusement invité la sœur de mon mari et son époux, j’ai préparé minutieusement un périple qui nous permettrait de visiter « en survol » ce pays qui fleure bon le soleil la bonne humeur et le flamenco.

Ci-après itinéraire cartographié.

Nous avons fait notre première halte à Canet de Mar, près de Barcelone, J’avais fait le choix de chambres d’hôtes, ce qui permettait de nous immerger dans la vie quotidienne. Nos hôtes étaient très sympathiques, nous étions reçus de façon que je qualifierais d’amicale.
Nous sommes arrivés dans l’après-midi ce qui nous a permis de prendre possession des lieux puis d’aller prendre un bon bain de mer dans la belle bleue.
Le lendemain, c’était visite de Barcelone,

Quelques photos suivent :

De retour de Barcelone, nous sommes allés sur la place du village où il y avait des danses folkloriques, tout en nous restaurant.
Le lendemain, c’était le départ en direction de Valencia. Nous nous sommes arrêtés à Tarrogone peu avant midi et avons pris le temps de visiter l’Église et la cité médiévale, Le temps était superbe, un beau mois de septembre qui s’annonçait.
Nous avons pris notre temps car il nous fallait 2 heures pour rejoindre Valencia que nous avons visitée en promenade; J’aurais aimé voir les Musées de la préhistoire et celui de la céramique, quartier Miguelete mais une journée ne suffit pas pour tout voir.
Le lendemain nous sommes partis vers Abaran 2h45 environ de trajet où nous avons passé 2 nuits. Nos hôtes étaient anglais. nous avons stoppé à Alicante après 178 km soit environ 1h48, ce qui nous a donné le temps de voir le château de Santa Barbara, que nous avons visitée en promenade.
Le château de Santa Barbara (ou Castillo Santa Barbara en espagnol), est un des lieux phares d’Alicante. Perché sur le Mont Bernacantil, il surplombe la ville ainsi que le port et offre une vue imprenable. C’est sur ce Mont qu’ont été retrouvées les première traces de civilisation de la région qui date de 3000 ans. Au IX° siècle, Alphonse de Castille s’empara du château qui appartenait à l’époque aux arabes, le jour de la Santa Barbara, d’où son nom. Il subit par la suite des modifications au XVI° siècle sous Philippe II, puis fut bombardé au XVII°, XVIII° et XIX° siècle. Il se compose de trois enceintes, la tourelle avec le donjon, les dépendances principales avec le salon de Philippe II et la Cour des armes, et enfin l’enceinte inférieure (XVIII°) avec le ravelin « del Bon Repos ». Il est ouvert au public depuis 1963, le château, qui fait la fierté des habitants est accessible par un ascenseur depuis la plage du Postiguet ou en voiture. En montant les 166 mètres du Mont, on peut apercevoir, peut-être, en nous concentrant et avec un peu d’imagination, le visage d’un homme dans la roche connu sous le nom de »cara de Moro » (visage de Maure en français).
Nous avons également visité la région de Murcia, à Murcia il y a une cathédrale, le monument le plus important de la région, c’est un véritable joyau.
Notre retour sur Abaran a été décevant. Après avoir couru le village dans tous les sens, il nous a fallu, les pieds échauffés, reprendre notre véhicule pour aller dans un village voisin trouver enfin un restaurant.
Le lendemain nous avons pris la route vers Malaga pour une distance de 436 km, en faisant un stop à Grenade : 309 km, 3 h 30 de route environ nous sommes arrivés à l’heure du déjeuner . Nous avions prévu la visite de son centre historique qui est divisé en 4 vieilles villes :
1/ celle d’origine musulmane : Albaysin,
2/ Realejo d’origine juive,
3/ Le sacromonte près des murailles d’Albysin dont les habitants sont d’origine gitane.
4/ Le centre chrétien, sous la cathédrale et la chapelle royale, se trouvent les restes de Fernando et Isabella, appelé Centro Sagrario.
Nous n’avons visité qu’une partie du centre historique, faute de temps puis avons repris la route pour rejoindre Malaga où nous ne passerons qu’une nuit.
Vient le moment de rejoindre Séville pour une semaine, nous y ferons quelques belles promenades en bus et en calèche, nous verrons la Place d’Espagne, la cathédrale et la Giralda, le quartier de Santa Cruz où nous assisterons même à un spectacle de flamenco qui nous enchantera. et nous promenerons sur les rives du Guadalquivir.
Nous avons profité d’être à Séville pour sillonner l’Andalousie. Nous y avons découvert le charmant village de Ronda surnommée « la ville des châteaux », qui se dresse sur un promontoire naturel défendu, sur son côté le plus accessible par une alcazaba. De celle-ci, sont préservées les murailles et les portes les plus importantes permettant d’accéder à la ville. La puerta del Almocábar (XIIIe s.) était la porte d’accès au sud de la ville ; la puerta de Carlos I date du XVIe siècle et la puerta de la Exijara conduisaient au quartier juif.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le lendemain nous allons poursuivre jusqu’à écija.53 km, 45 mn, Là on pourra admirer le patio de la casa de las Palmas, ainsi que le retable de l’église del Carmen. Le patio du palais de Benameji et le palais Penaflor. Retour vers Séville à 18 h où nous dinerons.
Le lendemain nous irons jusqu’à Zahara et son chateau Nasride, promenade tranquille et recherche de restaurant, puis en route vers Setenil de Las Bodegas, 35 km, environ 40 mn c’est une ville blanche troglodyte peu connue du tourisme classique, mais pas facile à traverser.
Nous avions prévu la visite du parc naturel de Doñanas où, manque de prévision, nous nous sommes contentés, enfin, surtout moi, de prendre un super bain dans l’océan Atlantique.
Malheureusement est venu le temps de prendre la direction du retour, en douceur !
Nous avons pris la direction de Madrid où nous passerons deux nuits, avec une escale à Cordoba pour y visiter la Grande Mosquée, Cette ville est occupée depuis la préhistoire et est devenue colonie romaine au 2ème siècle avant J.C. Les maures ont envahi la péninsule ibérique en 711 et occupèrent Cordoue qui retrouve très vite sa splendeur. Il ne reste qu’un ancien pont qui enjambe le Guadalquivir datant de l’époque romaine. On mangera sur le pouce pour gagner Tolède à 346 km en 4 h 03 mn environ. Toute l’histoire de la péninsule hispanique est retracée et peut se résumer dans la culture et les vestiges de cette ville qui se dresse au sommet d’un monticule granitique entouré par le Tage. Et puisque la ville représente un mystère de par la religion diversifiée. On commencera le tour de la ville par la visite de l’église Santa Catalina.
D’une structure exceptionnelle, cette basilique est tout simplement impressionnante ! Il faudra également jeter un coup d’œil intéressé à la cathédrale. Construite en 1227, cette haute tour gothique fondée par Ferdinand III le Saint, recèle de grandes œuvres d’art. Nous n’aurons pas le temps de faire plus, nous gagnerons Madrid 90 km, environ 1 h pour gagner notre hôtel. De Madrid, nous ne connaîtrons que le quartier où nous résiderons, mais il est évident qu’un autre voyage en Espagne sera utile et nécessaire à l’exploration de ce pays fascinant et si riche d’histoire.
Etape Zaragoza 318 km, environ 3 h 30, avant la dernière ligne droite du retour. A voir, le Temple baroque de la Vierge du Pilar Plaza del Pilar,  c’est un joyau de l’art baroque qui fut construit entre le XVIIe et le XVIIIe siècle. A l’intérieur, il faut remarquer la Sainte-Chapelle, oeuvre de Ventura Rodríguez, qui abrite l’image de la Vierge du Pilar. Le grand retable en albâtre et le coro renaissance, sont également d’un grand intérêt. La basilique est classée Monument National. Avec la cathédrale de Saint-Jacques-de-Compostelle, la basilique du Pilar est l’une des destinations spirituelles les plus importantes d’Espagne. C’est aussi un centre artistique de tout premier ordre, rassemblant des œuvres de grande valeur et appartenant à différentes époques. Les fresques de Goya, dans le coreto (chœur).
Ce voyage en terre Ibérique nous a enchantés, que de merveilles nous avons vues, sûr, nous récidiverons.
J’espère que vous prendrez plaisir à regarder tout ça.

Daniela.

Publicités

A l’entrée de la Patagonie

Après nous être repus des superbes chutes à Iguazu, nous avons rejoint Buenos-Aires en avion où nous avons passé la nuit. Le même hôtel nous accueillait, malheureusement, nous avions pignon sur rue, nous avons eu l’impression de dormir sur le trottoir…. manque d’isolation des fenêtres et circulation intense.
Le lendemain matin, départ pour l’aéroport à 8.30 H où nous devions prendre l’avion pour Santiago de Bariloche (toujours en Argentine), la porte d’entrée de la Patagonie.
Cette ville a été crée par des émigrés suisses et allemands, sur les bords du lac Nahuel Huapi. On se croirait vraiment en Suisse ! Notre hébergement est une belle auberge au bord du lac, déco intérieure tout en bois, c’était un ancien cloître réaménagé.

ancien cloître réaménagé en auberge.

Cette région est d’ailleurs surnommée la Suisse Argentine et est réputée pour ses paysages de lacs et de montagne. Aux alentours de Bariloche nous sommes allés jusqu’au Cerro Campanario que nous avons escaladé en téléphérique…. des fois il faut se ménager, et là, nous avions une vue panoramique absolument magnifique.

vue du Cerro Campanario

Lac Nahuel Huapi

L’après midi sera libre pour faire quelques achats, notamment des timbres et des cartes postales, qui, à ce jour, ne sont d’ailleurs pas encore arrivées !

La suite au prochain numéro.

Daniela

En route pour Iguazu

Samedi 30 Octobre. Pour la matinée, ce sera liberté pour aller prendre des photos à Buenos Aires, faire du shopping pour ceux qui sont tentés et pour nous, ce sera marcher jusqu’à la rue des salles de théâtre, puis, en fin de soirée, nous prendrons le bus pour Iguazu, le voyage durera toute la nuit.

1er Novembre 2010 – I-Guazu veut dire « eaux grandes » en guarani, et en théorie dans la langue guarani I veut dire petit ce qui est un paradoxe. Notre guide locale nous donnera toutes explications en Espagnol sur la situation du site, sa faune et sa flore de façon très compréhensible.

A l’origine, la jungle occupait 80% du territoire à la limite des provinces des Misiones et de Cordoba. Les chutes en restent la principale attraction. Le parc abrite une faune et une flore d’une richesse incroyable et s’étant sur près de 67000 hectares. Il y a plus de 2000 variétés de plantes , 400 espèces d’oiseaux et des papillons de toutes les couleurs. C’est un climat subtropical. C’est un paysagiste du nom de Charles Thay en 1902 qui fut chargé de la réalisation d’une étude détaillée du site occupé par les chutes. Le parc national fut créé en 1934.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Notre visite du parc nous a donné droit à, d’une part à voir les chutes en bateau, ce qui nous a valu de passer sous les chutes après avoir protégé nos affaires dans un sac étanche et s’être, soit dévêtus, soit revêtus de vêtements protecteurs et d’autre part, l’utilisation du petit train qui nous mène jusqu’à la station des cataractes puis à la station Garganta del Diablo (les gorges du diable). Le soir  nous dormirons à Puerto Iguazu en Argentine.

2.11.2010

Nous prenons un car en direction du Brésil d’où nous pourrons admirer le panoramique des chutes d’eau, entourées d’un parc naturel de 18.000 hectares.  Ces chutes sont situées à la frontière de trois pays : le Paraguay, l’Argentine et le Brésil. Elles sont inscrites au patrimoine Naturel de l’Humanité, c’est en fait un spectacle d’une rare beauté. Le soir nous avons eu droit à un super dîner.

Il faut préciser qu’il est plus prudent de s’enduire de crème protectrice contre le soleil car il frappe dur.

En fin d’après-midi nous prendrons l’avion d’Iguazu à Bariloche.

Encore un petit clin d’œil à Iguazu côté Brésilien.

[

Iguazu côté Brasil

]

Demain, départ pour Bariloche à l’entre de la Patagonie.

Buenos Aires – Argentine

Départ le 27 Octobre à 18.30 de l’aéroport Marseille Provence, transit à Madrid avant de rejoindre l’Argentine le lendemain à 8 h, heure locale.
De l’aéroport à l’Hôtel, les rues étaient encombrées par des véhicules de type bétaillères mais où étaient entassés des hommes, manifestement excités. Il nous a fallu patienter plus d’une heure à travers ce trafic pour savoir que l’ancien président d’Argentine, époux de l’actuelle présidente, était décédé la veille. Nous arrivions en pleine actualité !
Il fallait le voir, car pour nous, c’est difficile à imaginer. Le lendemain, des dizaines de milliers de personnes étaient concentrées à la Plaza de Mayo et dans toutes les rues aux alentours, pour attendre la veuve…

Plaza de Mayo

il y avait des cordons de police partout, la foule criait des slogans de sympathie pour l’homme qui venait de mourir. Pour un peu on en ferait un saint !

Plaza de Mayo (pour partie)

Nous avons quand pu quitter cette foule pour aller nous promener dans le quartier de LA BOCA, où le célèbre Maradona a passé sa jeunesse. C’est un quartier qui est devenu un quartier d’artistes, on peut voir des exhibitions de tango argentin en pleine rue et les danseurs nous invitent.
La rue Caminito, connue pour ses maisons en zinc aux couleurs vives :

Nous avons continué notre route jusqu’au quartier où se trouve le Pont des femmes :

Nous sommes retournés après un délicieux repas, dans le quartier de La Boca où j’ai filmé des séquences de tango argentin….

29.10 : découverte de la ville de Buenos Aires en vélo. La balade aurait due être superbe, mais manque de chance, nous l’avons faite sous la pluie ! Qu’à cela ne tienne, nous avons quand même eu droit à une découverte instructive de la ville en passant par Puerto Madéro où les anciens quais sont devenus des restaurants. Les lieux, tout comme à Bordeaux ont été réhabilités et là où régnait l’insécurité dans les temps passés, c’est devenu « chicos ». Le quartier Recoleta dont les bâtiments sont d’architecture française, est composé de boutiques, galeries d’arts et de musées.
C’est un quartier de parcs et espaces verts que nous n’avons pu apprécier à juste valeur à cause des larmes du ciel. Nous avons trouvé abri sous un pont pour goûter à la boisson nationale et typique dans toute l’Amérique du Sud, le maté ! Nous avons d’ailleurs ramené tout le matériel et les ingrédients pour continuer le rituel en France.
Me voici en flagrant délit,

Le soir, nous sommes allées voir un spectacle de tango absolument époustouflant, dans le magnifique théâtre dont voici la photo.



Super journée, la suite demain, départ pour Iguazu.

Voyage de noces

L’évènement qui a bouleversé ma vie, ma rencontre avec Serge. C’était il y a 3 ans et demi, un jour de printemps. Depuis nous avons tissé notre vie d’amour et avons échangé nos vœux cet été. Le 3 Juillet, exactement.
Dans une semaine, nous allons accomplir notre « Lune de Miel ». Un beau voyage que nous avons préparé avec soin, encore une aventure sac à dos, de Buenos-Aires à Iguaçu, puis la traversée de la Cordillère des Andes, vers Bariloche via Porte Varas et ses environs, la Patagonie à travers le Chili, puis la Terre de Feu avec un retour en Argentine via El Chalten, El Calafate, les glaciers de Torres del Paine, Porto Natales, puis en marche sur Ushuaïa. De là, retour sur Buenos-Aires, et vol sur Santiago du Chili, et 5 jours à l’Ile de Pâques avant de revenir sur Santiago pour 2 jours avant de revenir sur notre territoire.
Je promet de belles photos au retour.

A la frontière des 3 pays, Argentine, Brésil et Paraguay

Promenade dans Pise

 

A notre arrivée en Italie, nous étions hébergés dans un “village vacances” à Marina di Pisa, donc pas très loin, ni de Pise, ni de Florence.

Le soleil était au rendez-vous, la visite était agréable.

Serge a bombardé de tous les côté, je vous fais profiter de son talent de photographe que j’ai mis en diaporama, mais j’ai été obligée d’abandonner la musique pour une question de droit d’auteur……

 

 

 

La prochaine fois je ferai un diaporama des photos de Sienne.

Daniela.

FLORENCE

      

Vidéo complémentaire sur les vacances en Italie, spécialement à Florence.

Daniela