Archives

Ode à l’amitié

Ma très chère amie Joséfa, voilà déjà 8 ans que tu nous a quittés. Tous les jours me rappellent ta présence, soit parce que je prends le chemin qui passait devant chez toi avant ton déménagement pour le Var, soit parce qu’un évènement ou une parole fait évoquer ton image. Le mois dernier tu aurais eu 68 ans…..

Tu as toi aussi fait partie de mes plus beaux jours. Dès l’instant où nous nous sommes rencontrées grâce à Thomas et ta nièce nous avons sympathisé. Nos enfants étaient du même âge, nos rencontres sur la plage de Port Saint-Louis du Rhône à l’époque où nous pouvions encore camper « à la sauvage » c’était un havre de bonheur simple. Nous étions jeunes, belles, pleine de vie et de rires, l’avenir nous appartenait. Nos objectifs professionnels étaient dans le même créneau, nous avions cette grande complicité qu’on ne retrouve que dans une solide amitié.

Il y a un an et demi, mon amie Marie-France, ma compagne de misère avant de te connaitre, t’a rejointe, dans cette inconnue qu’est la mort. Cette amie aussi était une sœur, une confidente ; ça n’arrive pas souvent dans l’existence cette fusion des esprits qui ignore le sexe.

Tu lui avais permis d’avoir un CE grâce à tes connaissances avec qui elle avait des contacts commerciaux pour la vente de ses produits fermiers.

Cette année en avril, un peu plus d’un an après son départ, c’est mon grand ami, son mari, qui n’a pas voulu vous laisser seules.

Ce départ là fut un vrai choc ! Pourquoi un gaillard apparemment en pleine santé, sain dans son corps, ni il fumait, ni il buvait, ni il faisait la fête outrageusement, a t’il été emporté par ce fléau qui vous a détruites, dont on peut à peine prononcer le nom tellement il fait des ravages.

Vous étiez tous les trois mes amis, proches même dans l’éloignement et vous me laissez dans le désarroi, le chagrin égoïste parce que je ne vous reverrai plus sur cette terre. Au-delà, ?je ne sais ! Malgré mon éducation chrétienne j’ai bien de la peine à croire qu’un être supérieur supervise nos vies en décidant de qui doit vivre ou mourir, de qui doit souffrir ou faire souffrir. J’ai une plaie béante que j’ai du mal à refermer. Peut-être en sera-ce ainsi jusqu’à ce que je vienne à mon tour vous tenir compagnie.

Daniela.

DSC_0229jardin

Publicités

AU REVOIR……

BLOG MOMENTANEMENT FERME
 
PROBLEMES PERSONNELS A REGLER
 
MERCI A TOUS CEUX QUI AURONT APPRECIE
 
LEUR PASSAGE SUR MON BLOG.
 
AMITIES, DANIELA.
 

LE CHEMIN N’EST JAMAIS LONG PARMI LES AMIS.

Ce matin en ouvrant mon courrier, j’ai trouvé cet ode à l’amitié,
Bien sûr, ça fait partie des innombrables textes sur le sujet,
Cependant, les mots ont un sens et avant de l’envoyer,
J’ai tenu à le faire partager,
Daniela

Des fois dans la vie, tu trouves un(e) ami(e) spécial(e);
Quelqu’un qui change ta vie juste en y faisant partie.
Quelqu’un qui te fait rire jusqu’à ne plus pouvoir t’arrêter;
Quelqu’un qui te fait croire
que la vraie bonté existe encore en ce monde.
Quelqu’un qui peut te convaincre
qu’il y a vraiment une porte
qui attend simplement que tu l’ouvres.
C’est l’amitié pour toujours.

Ceci est une rose sacrée.
Tu DOIS faire suivre cette rose à au moins 5 personnes
avant la prochaine heure ou tu as reçu cette rose.
Une fois que ce seras fait, fais un voeu.
Si tu l’as fait suivre, ton voeu se réalisera
et l’amour sera sur ton chemin prochainement.
Sinon ta vie restera comme elle a toujours été.

Sois gentil(le) & fais la suivre….
Que chacun puisse être énormément aimé .
Mon ami(e) si je ne la reçois pas en retour je comprendrai!
Combien de personnes peuvent actuellement dire qu’elles ont 8 vrais amis?
Presque personne que je connaisse!
Mais quelques uns d’entre nous avons de bons amis!!!

(auteur inconnu).

Nouvelle année

C ‘est du Boulevard des Pyrénées à Pau qu’a été prise cette photo du Pic du Midi.

Notre expédition de fin d’année nous a fait visiter l’extrême Sud-Ouest, quelques photos seront mises en album pour vous faire profiter de la promenade.

Je vous souhaite à toutes et à tous, tous mes voeux de bonne santé, bonheur et prospérité, beaucoup d’amour et d’amitié.

Daniela.

Pic du Midi

Joyeux Noël….

 
JOYEUX NOEL A TOUS
Merci à toi Pierre pour cette magnifique carte
 
 
 
 
Image Hosted by ImageShack.us
 
Je serai absente jusqu’au début de l’année mais souhaite à chacun d’entre vous de très belles fêtes, près de ceux qui vous sont chers.
 
Amicalement,
Daniela.

Tristesse et compassion,

 

 

Le vendredi 13 dernier, un jeune homme a choisi de quitter la vie. Je ne sais pas pourquoi, sa détresse devait être grande pour en arriver là. Que ce soit le mal de vivre, la perte d’un travail ou d’une personne aimée, certains êtres, plus fragiles que les autres partent délibérément dans l’autre monde espérant y trouver un « ailleurs meilleur ».

Il laisse sa maman, dont il était l’unique enfant, dans le plus grand des chagrins et ses amis aussi.

Ce n’est pas le cours de la vie qu’un enfant parte avant les parents. C’est la plus grande injustice qu’une mère puisse connaître.

Demain mercredi, il sera accompagné par tous ceux qui l’aimaient jusqu’à sa dernière demeure.

Il n’est pas de mots qui ne paraissent insipides devant le chagrin d’une mère,

Vivi, je t’ai rencontrée sur mon blog il y a bien environ un an, nous avons partagé la lecture de nos billets et entretenu une forme d’amitié.

Aujourd’hui, le net est dépassé par la triste réalité et je sais que ce billet est trop peu pour te réconforter, mais il ne se passe pas un jour sans que je pense à ta tristesse,

De simples mots pour te soutenir dans ces pénibles instants.

Courage à toi, avec toute mon amitié,

 

Daniela.

go back home

 

Aujourd’hui c’est le départ, mon ami Ian doit prendre l’avion pour Bruxelles où il doit passer deux jours en visite, avant de rejoindre Cologne où il doit passer sa dernière semaine de congé chez un ami à lui.

Hier soir nous avons fait le repas de « l’au revoir » et, afin de passer une soirée relaxe, j’ai commandé la cuisine à emporter d’un restaurant asiatique dont je connais les spécialités, ça nous a permis de profiter du repas, sans travail pour la maîtresse de maison, moi en l’occurrence.

Ce matin, décontraction, je ramasse les draps et serviettes de toilette car la chambre va être occupée les deux prochains mois par mon amie Muriel qui vient de vendre sa maison, sa location ne doit démarrer qu’en septembre.

A l’origine elle devait occuper la maison pendant mon absence, mais mon départ pour l’Australie ayant été différé à l’année prochaine pour cause d’accidents (bras et genou) nous cohabiterons gaiement en attendant. La planification du prochain voyage ne prendra forme qu’après avoir subi les « réparations » nécessaires aux activités projetées.

Le repas de midi sera vite fait puisque nous consommons les restes du soir. A partir de 13 h Ian commence à tourner comme un lion en cage, je ne me laisse pas impressionner, nous ne partirons qu’à 13 h 30, son avion doit décoller à 15 h 35 et, sur Bruxelles il n’y a pas foule à cette période.

Je l’ai accompagné jusqu’au terminal 1 pour enregistrer ses bagages, il avait le cœur lourd de partir, il est aussi amoureux de la France que moi de l’Australie, ce qui n’est pas peu dire. J’ai eu droit à mille remerciements et ai dû lui promettre que nos prochaines conversations sur Skype auraient lieu en anglais, il tient à ce que je progresse… il n’est pas professeur pour rien ! C’est que nous sommes attendus de pied ferme l’année prochaine, ami très cher et moi, j’ai donc le devoir de me remettre à jour dans mes conversations locales futures.

Pour cette fois, le voyage se préparera à deux, d’une autre façon que la précédente, je partagerai ma passion et ferai découvrir ce pays, méconnu même par la majorité de ses habitants.

Il est ressorti de nos conversations avec Ian qu’il connaissait moins son territoire que moi…. Nul n’est prophète en son pays, c’est bien connu.

Trois semaines viennent de passer à la vitesse de l’éclair, promenades, vol, visites, sans compter  les nombreux détours dus à mon étourderie et mon manque absolu de sens de l’orientation. Ce fut des crises de fou rire sans arrêt. Les incivilités de nos concitoyens ont permis à Ian d’améliorer son vocabulaire d’homme de la rue, car il faut bien le dire, la conduite est un excellent moyen de se défouler en mots grossiers et je ne m’en suis pas privée, tant pis pour mon image de marque.

Mon invité fut ravi de son séjour, la météo lui fut favorable, la bonne humeur, l’amitié et  la convivialité, de même.

 

Saint-Chamas, le pont Flavien

Ian a voulu faire un clin d’oeil à Rodin

je sais, ce n’est pas la même époque (mdr)

Daniela